Abandon de poste en période d’essai : quelles sont les règles à respecter

L’abandon de poste dans un contrat de travail que ce soit à durée déterminée ou indéterminée est considéré comme une faute lourde et est sanctionnée comme tel. Bien que cela ne semble pas être le cas durant une période d’essai, l’abandon de poste doit pouvoir être justifié ou du moins se faire dans les bonnes conditions. Quels sont donc les critères que doivent respecter un abandon de poste ?

Qu’est-ce que l’abandon de poste en période d’essai ?

Est considéré comme abandon de poste toute absence non justifiée par le salarié, que cela soit  fait durant la période d’essai ou dans un  contrat de travail. Techniquement, l’abandon de poste est considéré comme une faute et n’a alors besoin d’aucune forme de condition. 

A découvrir également : Déménagement à Strasbourg : les services disponibles, conseils pratiques et les étapes à suivre

Puisque, la loi a régi les conditions de rupture de travail de la période d’essai, il peut être soumis à quiconque souhaite abandonner son poste de travail. D’où les règles à respecter pour émettre un abandon de poste durant une période d’essai.

Les conditions à respecter pour émettre un abandon de poste

En période d’essai l’abandon de poste peut se faire en deux étapes. La première étape, consiste à avertir son employeur et la seconde consiste à le faire dans un délai légal.

Sujet a lire : Quels sont les facteurs de choix de structure ?

Avertir son employeur

Toute démission ou rupture de travail doit être approuvée par l’employeur parce qu’un abandon de travail non justifié durant une période d’essai n’est pas sans risque. 

La demande de rupture peut être faite de la manière la plus classique, c’est-à-dire oralement ou par écrit. L’écrit ici, est considéré comme une lettre. Elle doit regrouper, les informations du salarié, celles de son employeur, celles de la société et l’objet qu’est la rupture de la période d’essai.

Les informations doivent comprendre :

  • Les noms et prénoms de chacun d’eux ;
  • Les adresses de chacun d’eux ;
  • Leurs codes postales et villes, mais là, c’est optionnel ;
  • La fonction de l’employeurs, et ;
  • Le nom de la société ;

Respecter le délai

La seconde condition à remplir avant d’abandonner un poste en pleine période d’essai est de le faire dans le temps. Ici ce temps est appelé le délai de prévenance.  Ce délai dépend de la période d’essai. Certaines périodes peuvent tendre à l’aboutissement d’un contrat à durée déterminée et d’autres non.

Lorsqu’il s’agit d’un contrat à durée déterminée, la période d’essai est calculée à raison d’un jour par semaine.  Pour un contrat à durée indéterminée, la période est de quatre mois, mais cela dépend également de la qualification professionnelle du salarié.

Bien que la période d’essai soit proportionnée au type de contrat, il n’y a qu’une seule règle pour le délai de prévenance. Au cours de la première semaine, le délai de prévenance est de 24 heures et de 48 heures au cours de la deuxième semaine. Le seul principe est que l’abandon de poste soit notifié à l’employeur dans le délai imparti. Pourvu que cela soit fait avant la fin de la période d’essai.

L’abandon de poste est certes considéré comme une faute aux yeux de la loi, mais les risques sont minimes lorsqu’il est fait en pleine période d’essai dans de bonnes conditions.

Comments are closed.